Le docteur Dukan a tort : arrêtez les régimes amaigrissants ! – le Plus

Par défaut

Option Dukan au Bac ? (Gally)

Aujourd’hui, l’obésité est le résultat de plusieurs facteurs. Qu’ils soient biologiques, psychologiques ou encore environnementaux, une chose est sûre, le traitement de l’obésité est des plus difficiles. Une autre est tout aussi certaine, l’obésité se caractérise plus par la difficulté de maigrir que par la facilité de grossir.

Régime amaigrissant et aggravation du surpoids

Dans son rapport sur l’évaluation des régimes amaigrissants, l’Anses (l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) épingle tous les régimes, équilibrés ou non, et dénonce les risques de déstructuration du comportement alimentaire et l’aggravation du surpoids qu’ils provoquent.
Toujours selon cette étude, aucun régime, équilibré ou non, ne permet une perte de poids durable. Parmi ceux autrefois prescrits par le corps médical, le régime aux conséquences les plus lourdes fut sans doute le régime hyperprotéiné, celui-là même actuellement préconisé par Pierre Dukan.
L’étude menée par Linecoaching[1] sur les candidats à la perte de poids, quel que soit leur IMC [ndlr : indice de masse corporelle], montre que tous avaient déjà effectué des régimes et réussi à perdre du poids avant de s’inscrire sur notre site. Leur capacité à perdre du poids et à faire des régimes n’est donc pas en cause. 55% n’ont pas réussi à maintenir leur poids au-delà de six mois. Et seuls 12% ont réussi à le stabiliser au moins deux ans. 80% ne sont plus capables de manger toutes sortes d’aliments sans éprouver d’anxiété ou de culpabilité.
Quand la nourriture est notre meilleure ennemie

Dans 80% des cas, les personnes déclarent manger souvent sans faim sous l’effet de leurs émotions, dont, par ordre décroissant, l’ennui, l’anxiété ou le stress, le sentiment de solitude, la colère ou l’énervement, la fatigue, le sentiment de se sentir dépassé ou confus et la culpabilité. Dans la plupart des cas, l’arrêt des repas est marqué par un arrière-goût de culpabilité (19,47%), un sentiment d’échec (13,81%), l’absence de volonté (13,56%), la honte (11,60%), le désespoir (9,56%), l’impuissance (8,05%) ou l’angoisse (5,38%).
Les candidats à la perte de poids sont donc pour la plupart des habitués des régimes et de la reprise de poids et ne savent plus comment maigrir. Ils en ont gardé une mauvaise estime de soi, un sentiment d’échec personnel et de manque de volonté. Ils pensent pouvoir améliorer cette estime de soi en perdant enfin du poids.
Parmi eux, on trouve beaucoup de mangeurs émotionnels. La nourriture est pour eux à la fois une source de réconfort et une source de stress supplémentaire. Ils souffrent autant de leur surpoids que de la relation qu’ils entretiennent avec la nourriture qu’ils décrivent comme leur meilleure ennemie. Leurs attentes concernent la perte de poids, mais ils souhaitent tout autant retrouver une relation apaisée avec la nourriture.
Mieux vaut prévenir l’obésité que la guérir
L’obésité n’est pas une fatalité. Cependant, l’expérience nous montre que mieux vaut prévenir l’obésité que d’avoir à la soigner. Certaines causes de l’obésité sont parfaitement connues et peuvent aboutir à une prévention efficace. Les connaissances récentes sur l’épidémiologie nutritionnelle, sur la physiologie du tissu adipeux, sur la régulation du poids et des nutriments et sur la régulation émotionnelle orientent vers de nouvelles approches qui permettent de maigrir jusqu’à son poids d’équilibre.
Il faut pour cela effectuer un travail sur les sensations alimentaires qui contrôlent les apports énergétiques, l’impulsivité alimentaire et la tolérance émotionnelle, en utilisant les nouvelles thérapies émotionnelles.

La nutrition est une science jeune. Pour autant, toutes les opinions ne se valent pas et chacun ne peut dire ce qui lui chante. Après avoir laissé Pierre Dukan mettre les foules adultes au régime, les nutritionnistes, les médecins, les pouvoirs publics, les médias, le public lui-même le laisseront-ils aussi adresser à nos enfants (demander au président de la République de créer une chaîne McDu !) des messages les incitant à se mettre au régime le plus dangereux qui soit ?
Non contents d’avoir joué avec notre poids et notre santé, allons-nous aussi jouer avec celui de nos enfants ?
————
[1] Site de coaching sur lequel intervient le docteur Jean-Philippe Zermati, qui y a élaboré le programme « Maigrir sans régime » avec Gérard Apfeldorfer, psychothérapeute. Retour au texte.

Source:
Le docteur Dukan a tort : arrêtez les régimes amaigrissants ! – le Plus.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s